• Simoon

Aurigny, île Anglo-normande

Mis à jour : 2 nov. 2019

Samedi 24 août, me voilà parti pour le nord de la Manche, direction le petit port de Diélette.


Au programme, une randonnée d'une dizaine de kilomètres en longeant les falaises côtières puis en bouclant par les terres. Et après une nuit passée dans la tenting'car, je prendrai le bateau dimanche matin pour me rendre sur Aurigny (Alderney en anglais), la plus septentrionale des îles Anglo-normandes.


Le pointeur rouge désigne le port de Diélette

Sur la route, je fais un crochet à Sortosville-en-Beaumont. Sur le conseil d'un collègue (un certain Thomas qui m'avait aussi conseillé le restaurant de Budapest), je m'arrête à la fameuse biscuiterie de Sortosville pour emporter quelques souvenirs gourmands. Le style de celle-ci est original car elle regroupe plusieurs anciennes boutiques. Un hameau à elle toute seule :





Après quelques achats, je dépoussière mes chaussures de randonnée à Flamanville. Direction les falaises et l'air marin !






Là-bas, la plage de Sciotot


La randonnée me permet de découvrir un coin tranquille pour dîner et dormir.

Un chouette panorama !




Confort royal pour une vue majestueuse

En guise de dessert, un spectacle de la nature :



Avec le crépuscule, les couleurs deviennent plus chaudes malgré la fraîcheur de l'air :



La nuit tombe, je déplace la voiture au fond d'une impasse rocheuse pour me protéger du vent :




Après une agréable nuit, réveil avec vue sur la mer :



Dimanche 25 août.


Ce matin, rendez-vous sur le port de Diélette pour attendre avec impatience le bateau !


L'ambiance est des plus calmes. Depuis ce petit port de campagne, au fin fond du Cotentin, on entend au loin les cloches des hameaux sonner les premières heures d'une belle matinée.


Hasard du calendrier à deux jours près : il y a un an je foulais mes premiers pas sur les autres îles Anglo-normandes — voir les articles :

Parmi les grandes îles, il ne me restait donc plus qu'Aurigny à parcourir.


Aurigny est une paroisse indépendante du Bailliage de Guernesey. Sa capitale est Sainte-Anne, un village de 2000 habitants qui contient environ 80 % de la population de l'île, le reste étant dispersé dans des hameaux.


Pour la visite : sac à dos et location d'un vélo. Malgré le relief, le tour de l'île peut se réaliser en moins de quatre heures.


En contournant l'île par l'est, on distingue le phare de Mannez


Arrivé sur le plancher des vaches !


Pour commenter la photo ci-dessus : le jumelage avec Beaumont-Hague, une commune à 12 km de l'autre côté du détroit, est probablement le seul exemple mondial entre deux communes pouvant se voir directement l'une l'autre.


En débarquant, les voyageurs sont accueillis par la jolie rue de Braye qui nous plonge dans l'ambiance anglo-normande :



Une fois le vélo loué, je choisi de visiter dans un premier temps la partie orientale de l'île. Elle est bordée de plages, de grèves et de récifs, et contient moins de reliefs que le côté occidental.



L'eau est d'un bleu translucide...





Contrairement à Jersey et Guernesey, il est agréable de se déplacer sur les routes car la circulation est presque inexistante. Mais cela est certainement dû à l'effet temporaire du repos dominical.


Le phare de Mannez




Corblets Beach

Saye Beach

Au loin, le port d'Aurigny


Là-bas, les maisons de la rue Braye

Une fois revenu à Sainte-Anne, me voilà parti pour visiter la partie occidentale de l'île.


Chemin menant au Fort Clonque


Le Fort Clonque

Les falaises s'invitent dans le paysage



Au loin, Les Étacs

Au détour d'un chemin, le dolmen La Roc à l'Épine

Me voici à l'extrême ouest de l'île. En face, Les Étacs :

Sur ces rochers, mais peu visible sur la photo, se trouve la plus importante colonie de fous de Bassan qui concentre environ 2 % de la population mondiale (source : BBC News). Leur cri s'entend bruyamment depuis la falaise.


Fou de Bassan — © Oiseaux.net

De retour à Sainte-Anne, j'ai suffisamment de temps pour visiter le charmant village :





Lui aussi est très calme. Hélas toutes les boutiques sont fermées le dimanche, y compris celles de souvenirs. Visiter l'île ce jour de la semaine a ses avantages mais aussi ses inconvénients. Je ne peux donc pas profiter de la vie habituelle des lieux.


Mais qu'à cela ne tienne, pour joindre l'agréable à l'agréable je m'arrête prendre un verre au Marais Hall :



Après une bonne bière, retour vers le port :




En attendant le bateau, je patiente en faisant trempette à Braye Beach...



Bilan de la visite :


17 km parcourus en moins de quatre heures, en faisant des pauses, en déjeunant et en prenant des photos.


L'île est très jolie, composée de beaux paysages sauvages. Je n'ai néanmoins pas pu effectuer la randonnée pédestre le long des falaises sud, du Val du Saou à Essex Castle... Bref il me reste des choses à découvrir.


Je regrette de ne pas pouvoir rester au moins un ou deux jours supplémentaires.

Grrr ! Il va donc falloir que je revienne !


À bientôt Aurigny !



Articles pour les autres îles Anglo-normandes :


28 vues2 commentaires

simoon.raccoon @ outlook.fr

©2020 par Tenting'Car. Veuillez contacter l'auteur pour toute utilisation du contenu de ce site.

Vous pouvez aussi le contacter pour obtenir des photographies de meilleure définition.